Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

02/02/2016

Le jardin de l'univers

« Des Anciens versés dans l'étude de la nature disent que le vivant est comme un microcosme. » Galien

 

frutos_do_mata1_60x4.jpg

Dominique Rousseau

frutos do mata

                            atelier nomade à Nova Viçosa -Bahia auprès de Frans Krajcberg

 

Mémoires topographiques

Prendre, obstinément, patiemment, avec soin,  l'Empreinte du Monde comme pour défier le temps et l’obsolescence programmée de ce merveilleux grouillement végétal et animal dont on perçoit l’originelle présence autant que la fragilité : l’œuvre est ici non pas utile comme une collecte ou un recueil de données mais indispensable.

Les nervures de feuilles, les scories, les fibres, les pigments, les coquilles et squelettes, ces bouts de mémoire d’univers qui s’impriment dans la matière ou semblent nus dans le désert d’une trame polymorphe orchestrent un dialogue ; un dialogue secret dont nous sommes avides avec un monde silencieux et dispersé, inconnu, utopique. Pourtant, comme des morphèmes sur les parois des grottes préhistoriques, voilà que ces petits arrangements avec la forme font sens et signe, nous semblent familiers : un langage s’invente qui résonne tel une écriture de l’univers.

L’art prend ici la forme d’une archéobiologie du futur où explorations, gestes, matières, trésors perdus et retrouvés, action de l’eau, de l’air et de la presse fabriquent de drôles de parchemins à l’allure d’éternité.

L’entreprise est monastique (comme dit Kenneth White), consciente de son urgence et de son importance, de son ambition vertigineuse, mais elle ne peut alors que se fonder sur une profonde humilité. C’est ce qui la rend si précieuse, si sensible et sans aucun doute, unique.

 

 

  L'art de Dominique Rousseau est visible ici

en attendant l'occasion de voir en vrai un travail que l'écran ne peut restituer

rev12.jpg

 

 

29/01/2013

OBALK is back!

Hector OBALK revient!! c'est sur Arte, of course.

Voilà LA bonne nouvelle; Hector nous emmène à nouveau promener dans la peinture avec une liberté à laquelle nous ne sommes nulle part accoutumés;  cette façon de raconter à la camera tout en ayant l'air de se parler à lui même,  ou de donner l'impression qu'on est, somme toute, en conversation avec lui à propos d'un tableau, ouvre des espaces inédits: se sentir soudain familier de l'oeuvre,  se réapproprier son propre regard, ne plus être plus écarté, tel un intouchable, de la cosmogonie des génies de la peinture, demi dieux auxquels on ne s'adresse qu'en baissant les yeux, n'est ce pas une prouesse? Et même, cerise sur le gateau, on s'aperçoit qu'on n'est pas toujours d'accord avec le chef!! Et ça, c'est du grand art.

Le tout sans démagogie ni facilité, bien loin des vulgarisations digest qui tentent d'apprivoiser le grand public et de le cultiver malgré lui, avec soit peu d'intelligence, soit trop de brièveté, soit beaucoup de bêtise: celle qui consiste à penser que, à priori, le public est idiot. Inculte? oui souvent, et pas que dans les milieuxdéfavorisés mais la faute à qui?

 Et si Ingres en prend parfois pour son grade (je jubile), Hector Obalk sait mieux que personne réconcilier notre oeil effrayé avec les chairs des modèles de Lucian Freud et démontrer sans rien prouver, mais en ajustant notre regard au sien, combien cette peinture est vivante au lieu de paraître cruelle.

Lucian Freud: "Benefits supervisor sleeping"

 

 

                               

                                                                                                     autoportrait

 

On attend donc avec impatience l'émission sur Michel Ange. Merci d'avance Monsieur Obalk.

12/02/2012

angelo

angelo_musco_lrg.jpg

je découvre  le travail d'Angelo Musco. C'est vertigineux et magnifique. Sur le site, on voit des making off ..